Pour toute entreprise, communiquer, c’est parvenir à exister sur leur marché principal et sur des marchés périphériques. Exister, c’est être visible et vu. La communication d’entreprise repose sur des principes et une structure qu’il faut absolument connaître. Explications.

Fondements de la communication événementielle

Organiser et mettre en œuvre la communication d’entreprise dans des domaines lors d’Événements corporatifs impose impose avant tout chose de créer une organisation interne dont la face visible est le service responsable de la communication.

Selon les moyens disponibles et la taille de l’entreprise, il peut y avoir par ordre croissant :

  • Une cellule : c’est l’unité la plus petite, il peut s’agir juste d’une personne.
  • Un service : entre deux et cinq personnes en général.
  • Une direction : elle peut regrouper entre 10 et 100 personnes.

Il est aussi possible, si l’entreprise dispose d’un budget conséquent, de solliciter des collaborateurs extérieurs. Ces derniers pouvant être des cabinets spécialisés en communication de façon générale ou en événementiel.

Les autres intervenants dans la mise en œuvre des activités de communication événementielle peuvent être les agences : médias, relations publiques, d’événementiel, de design.

La communication de l’entreprise doit s’effectuer en se basant sur deux piliers :

  • D’une part, l’entreprise peut vouloir maîtriser la technique et la communication. L’idée peut être de choisir un message et de le diffuser en un seul endroit, lors d’un seul événement. Dans ce cas, il y aura un directeur de la communication et des services annexes.
  • D’autre part, l’entreprise peut décider de privilégier le but de la communication. Il peut y avoir un schéma ternaire comprenant d’abord la communication institutionnelle organisée par la direction générale de l’entreprise. Ensuite, la communication marketing dépendant du directeur marketing ainsi que des différentes directions chargées de produits. Enfin, une communication interne connectée à la direction de la gestion des ressources humaines. Dans cette configuration, il faut qu’il y ait beaucoup d’échanges entre ces trois sphères de décision.